5 fois où la radio a joué un rôle dans l’histoire

Article : 5 fois où la radio a joué un rôle dans l’histoire
Crédit: Pexels
1 juin 2021

5 fois où la radio a joué un rôle dans l’histoire

Si la radio est un média très influent, cela se ressent par son impact sur le déroulement des évènements historiques marquants. Et il n’y en a pas eu qu’un. Dans ce billet, je vous propose de revenir sur cinq moments historiques qui ont été influencés par la radio ou durant lesquels elle a joué un rôle important. Certains de ces moments sont plutôt positifs et d’autres, des points noirs dans l’histoire.

– 1904 : La radio sauve la Tour Eiffel

La tour Eiffel, le plus grand monument

Ce célèbre monument, emblème de la ville de Paris et de la France est aujourd’hui visité et connu partout dans le monde. Mais, l’un des monuments les plus visités du monde n’aurait pas existé à l’heure actuelle. En 1904, la démolition de la Tour Eiffel n’était plus qu’une question de temps. Cette démolition sera annulée pour une raison : l’installation d’un émetteur radio sur la Tour Eiffel. C’est le 21 janvier 1904 que Gustave Ferrié, l’un des pères fondateurs de la radio en France, obtiendra l’autorisation d’installer son émetteur radio sur le monument. C’est ainsi que la radio a sauvé la Tour Eiffel. La première radio de France, Radio Tour Eiffel émettra pour la première fois depuis cet endroit en 1921.

– 1933 : Roosevelt et le New Deal

Franklin Delano Roosevelt a joué un grand rôle pour l’essor radiophonique dans le monde. Et ceci par l’usage qu’il a fait de ce média dans un moment de crise. Aujourd’hui, on comparerait son usage de la radio à celui d’un Donald Trump avec Twitter. Mais lui, il a su l’utiliser pour se rapprocher des américains et instaurer un climat de confiance entre les administrés et lui. En fait, la crise économique de 1929 continuait de produire ses effets sur l’économie américaine. L’une des solutions était le New Deal, pour reconstruire l’économie et la rebâtir. Cependant, il n’était pas bien perçu des américains, qui ne le comprenait pas vraiment et qui surtout, étaient craintifs au regard des effets pervers du krash boursier de 1929, encore perceptibles, et de l’échec des politiques de l’ex-Président Hoover.

Franklin Delano Roosevelt, président des Etats-Unis à la radio

De plus, le début du New Deal est assez brutal, avec la fermeture de toutes les banques et l’adoption d’une loi pour réguler le système bancaire. Il s’adressera le 12 mars 1933 à la radio pour expliquer son projet. Ces interventions se multiplièrent à la radio, avec un célèbre rendez-vous des « Causeries au coin du feu ». On retrouvera une trentaine d’interventions entre 1933 et 1944, qui vont le rapprocher des américains. Cet usage fréquent de la radio contribuera à son essor, puisque même ses détracteurs commenceront à s’en servir contre lui.

– 1939 : un émetteur radio à la base de la Seconde Guerre mondiale

Un défilé militaire de l'armée nazie pendant la seconde guerre mondiale en Pologne

La Seconde Guerre mondiale a débuté fin 1939 par l’envahissement des allemands de la Pologne. Mais, les versions autour du déclenchement du conflit intègrent un émetteur radio. L’émetteur radio de Gleiwitz (Allemagne) aurait subi une attaque des Polonais. Suite à cette attaque, la riposte de l’Allemagne nazie a consisté en plusieurs bombardements de la ville de Dantzig, le 1er septembre 1939. Ces bombardements ont provoqué plusieurs pertes en vies humaines et ont marqué le début de la guerre. Cette version de l’attaque de l’émetteur a fait l’objet d’un démenti. Elle a été considérée comme une invention des nazis pour justifier leur coup de force. Il ne s’agirait que d’un prétexte pour les nazis dans leur conquête de l’Est. Prétexte ou pas, cet émetteur radio a été l’un des premiers actes utilisés pour déclencher la Seconde Guerre mondiale. Et cela prouve le caractère stratégique de la radio et sa sensibilité au point de soulever des conflits.

– 1968 : Les radios « barricades » de Mai 1968

Mai 1968 est l’une des périodes les plus sensibles et marquantes de l’histoire de France. Elle marque le soulèvement massif des travailleurs et des étudiants pour réclamer plus de justice sociale. C’est la plus grande grève générale de l’histoire de la France. Le mouvement s’est amplifié et les radios « périphériques » ont joué un grand rôle dans la couverture et la diffusion des évènements de Mai 1968. La radio nationale, elle, étant plus distante et avec une analyse assez neutre de la question, s’est vue négligée au profit des radios dites « barricades » (Europe 1, RTL). Les barricades étaient les moyens utilisées par les manifestants pour exprimer leur mécontentement et leur colère. Ces radios étaient au plus proche des manifestants et couvraient depuis le terrain les évènements.

FRANCE. Paris. 6 Mai 1968. 6e arrondissement. Boulevard Saint Germain.

Pendant ce temps, l’armée occupait la radio publique et certains programmes avaient fait l’objet de suspension (Panorama). Ce manque de liberté de l’ORTF dans la couverture de la crise déclenchera une autre crise : celle de la liberté de la radio publique en France. La crise de Mai 1968 se résoudra en commençant par la radio. Puisque, c’est à la radio que De Gaulle sonnera la fin de la récréation et la dissolution de l’Assemblée nationale. Ce qui permettra de reprendre la situation en main.

– 1994 : Les Mille Collines, la radio du génocide rwandais

La sensibilité de ce média se confirme encore avec le génocide rwandais, qui a été déclenché par la radio Les Mille Collines. Ou du moins, elle a joué un rôle plutôt actif dans le déclenchement de ce qui est l’un des plus grand génocides de l’histoire mondiale (entre 800 000 et un million de morts en 100 jours). Pour Jacques Semelin, « c’est la première fois qu’un média de masse appelle au meurtre ». Cette radio avait joué un grand rôle dans le génocide en publiant à l’antenne des noms de personnes à exécuter, et les endroits où les Tutsis se trouveraient.

reconstitution théâtrale de La radio Les Mille Collines durant le génocide du Rwanda

Elle fut un vecteur de la haine des Tutsis et un instrument de propagande de ces massacres. On pouvait entendre à l’antenne « Les inyenzi [terme qui désignait les Tutsi et qui se traduit par « cafards »] pullulent dans notre pays. Attrapez-les et faites les souffrir ! Faites-les souffrir parce qu’à partir de maintenant, on ne rigole plus ! »« A l’heure où je vous parle, les cafards brûlent. Ils sont en train de s’enflammer ». Les animateurs de la radio et ses dirigeants ont été condamnés à de lourdes peines. Félicien Kabuga, l’argentier de ce média et du génocide, a d’ailleurs récemment été mis aux arrêts en France.

Ce sont là cinq moments où la radio ne s’est pas contentée d’être spectatrice des évènements. Elle a plutôt été actrice. Et on se rend compte qu’elle a une influence à double tranchant. Elle peut bien véhiculer de bon messages et provoquer des changements sociétaux de qualité. Comme elle peut également être au cœur de scénario tragiques. Ces moments ne sont peut-être pas ceux qui vous ont le plus marqué à la radio. N’hésitez pas à partager en commentaires les moments historiques que vous a vécu à la radio. Un média, qui a depuis beaucoup évolué, puisqu’il s’écoute désormais en podcast.

Partagez

Commentaires

Fouda Fabrice
Répondre

La radio c'est la télé mais avec plus de précisions. Très bel article... Une fois de plus.

Foumilayo Assanvi
Répondre

Merci une fois de plus