Porto-Novo : quand les musées racontent l’histoire

Article : Porto-Novo : quand les musées racontent l’histoire
18 juillet 2020

Porto-Novo : quand les musées racontent l’histoire

Comme plusieurs pays d’Afrique francophone, le Bénin célèbre le soixantième anniversaire de son indépendance. A cette occasion, nombreux sont ceux qui pensent qu’il faut regarder dans le rétroviseur pour apprécier le parcours déjà effectué afin de mieux relever les défis qui nous attendent dans les années futures. Un parfait écho à l’adage : « Il faut savoir d’où tu viens pour savoir où tu vas », n’est-ce pas ? Cette vaste réflexion ne pouvant être effectuée solitairement, je m’attaque ici à une petite portion : l’histoire. N’étant pas dépositaire de la mémoire collective, je me suis rendu dans quelques musées d’une ville chargée d’histoire et qui fait office de capitale du Bénin : Porto-Novo.

Il faut voyager pour oser limer et frotter sa cervelle contre celle d’autrui

Montaigne

Voyager ? En ce moment, ce n’est pas vraiment ce dont on a envie, tellement le coronavirus nous fait craindre. Si l’utilité de la découverte d’autres horizons est clairement mise en avant par cette maxime, il faut se demander si elle conserve tout son sens dans ce contexte où rester chez soi peut sauver des vies.

Alternativement, je vous propose aussi cette petite escapade virtuelle à travers la ville de Porto-Novo pour combler ce désir d’évasion et de voyage.

La ville capitale du Bénin, Porto-Novo a une histoire particulière, qui se vit et se raconte dans ses plus grands musées. Découvrir ces musées et l’histoire qu’ils racontaient fut pour moi un plaisir absolu que je me devais de partager avec vous.

Je me suis rendu dans quatre musées d’Adjatchè afin de redécouvrir l’histoire de la ville. Ces quatre musées sont :

Chacun de ces musées fera l’objet d’un article, où je vous ferai visiter virtuellement les différentes œuvres qui y sont exposées. Le programme s’achèvera avec un bonus culinaire spécial Porto.

Musée da Silva Sur la trace des afro-brésiliens de Porto-Novo avec Foumilayo Assanvi
Panthéon hommage aux héros et martyrs africains à Porto-Novo avec Foumi
Musée Adandé L'ethnographie entre tradition et modernité avec Foumi
Musée Honmè dans la cour du Roi Toffa avec Foumilayo Assanvi
Art culinaire : spécialités du terroir à Porto-Novo avec Foumilayo Assanvi

Musée da Silva, sur la trace des Afro-Brésiliens

Visite guidée du musée da Silva de Porto-Novo, qui se veut mémoire des afro-brésiliens. Il exprime comment l’esclavage, la colonisation et l’indépendance ont été vécus par les afro-brésiliens.

Le Panthéon : hommage aux héros et martyrs d’Afrique

Bon nombre de martyrs et de héros se sont battus pour l’Afrique et pour la communauté noire. Un hommage leur est rendu au Panthéon négro-africain de Porto-Novo, au Bénin

Musée Alexandre Adandé : l’ethnographie entre tradition et modernité

L’ethnographie du Bénin est racontée au Musée Adandé de Porto-Novo, qui peint l’articulation de la tradition et de la modernité dans les ethnies béninoises

Musée Honmè : dans la cour du roi Toffa

Petit tour au musée Honmè de Porto-Novo, l’ex-palais royal du royaume de Hogbonou, au sud du Bénin, dans lequel se sont succédés plusieurs souverains

L’art Culinaire : Spécialités du terroir

Dégustation visuelle des oeuvres d’art culinaire made in Porto-Novo. Eh oui, l’art ne s’arrête pas qu’aux musées, mais se poursuit dans les assiettes
Partagez

Commentaires

Houessou Djromahouton Hyppolyte
Répondre

J'ai hâte mon cher ami Foumi

Foumilayo Assanvi
Répondre

Amêgan, patience

Olade Sylvie Rosine DONTE
Répondre

Très bonne initiative. A défaut de pouvoir se déplacer à cause de la crise sanitaire, des quatre coins du monde, l'on peut se faire une idée des musées de Porto Novo. Merci à toi Foumilayo. Que Dieu t'inspire davantage pour nous offrir ces genres de plaisirs

Foumilayo Assanvi
Répondre

Amen et Merci

Stanislas
Répondre

Très bonne initiative

Mawulolo
Répondre

Ah la ville aux 3 noms : Hôgbonou-Adjatchê-Porto Novo...
Je l'ai visité 3 fois (2014, 2015 et 2017) et j'ai visité le Musée Honmê, l'Université Protestante d'Afrique de l'Ouest (UPAO) ainsi que la ferme écolo Songhaï... Le défilé incessant à moto ou à pied des toges blanches des adeptes du Christianisme Céleste m'a toujours impressionné. Les détours par Adjara pour manger de la viande de lapin valent le coup.
Le seul gâchis est ce qui devait être le nouveau siège du Parlement, qui semble être irrécupérable...
Beaux souvenirs pour moi

Foumilayo Assanvi
Répondre

Ravi d'avoir dépoussiéré ces souvenirs. L'éléphant blanc à l'entrée de la ville nous désole tous, même si il faut avouer que d'autres quartiers de la ville s'embellissent de plus en plus.

Mawulolo
Répondre

J'ai revu hier quelques unes de mes photos de Honmê... J'y reviendrai